August 20, 2014
"Dans sa réflexion sur le comique, Hegel dit que le vrai humour est impensable sans l’infinie bonne humeur, écoute bien, c’est ce qu’il dit en toutes lettres : « infinie bonne humeur » ; « unendliche Wohlgemutheit ». Pas la raillerie, pas la satire, pas le sarcasme. C’est seulement depuis les hauteurs de l’infinie bonne humeur que tu peux observer au-dessous de toi l’éternelle bêtise des hommes et en rire."

— Milan Kundera. La Fête de l’insignifiance. Gallimard, 2014, p.98-99.

August 20, 2014
"

Curieusement, en pensant au non-sens de son mensonge, il ne put s’empêcher de rire. Et ce rire, lui aussi, était incompréhensible. Pourquoi riait-il ? Trouvait-il son comportement comique ? Non. Le sens du comique n’était d’ailleurs pas son fort. Tout bonnement, son cancer imaginaire le réjouissait. Il poursuivit son chemin et continua de rire. Il riait et se réjouissait de sa bonne humeur. (p.22)

Même ses blagues sont toujours morales, optimistes, correctes, alambiquées, difficiles à comprendre qu’elles attirent l’attention sans provoquer d’écho immédiat. Il faut attendre trois ou quatre secondes avant que lui-même éclate de rire, puis patienter quelques secondes encore avant que les autres comprennent et se joignent poliment à lui. Alors, au moment où tout le monde se met à rire – il devient sérieux ; comme désintéressé, presque blasé, il observe les gens et, secrètement, vaniteusement, se réjouit de leur rire. (p. 25)

Emerveillé, Ramon regardait la scène et sentait le rire renaître dans son corps. Le rire ? La bonne humeur hégélienne l’avait-elle remarqué enfin de là-haut et décidé de l’accueillir chez elle ? N’était-ce pas un appel à saisir ce rire, à le garder le plus longtemps possible ? (p.100)

Comme s’il devinait leur embarras, le chasseur s’écrie : « Pisser dans le plus célèbre parc français, c’est interdit ! » Puis, regardant son public, il éclate de rire et c’est un rire si gai, si libre, si innocent, si rustique, si fraternel, si contagieux que tout le monde autour, comme soulagé, se met à rire aussi. (p.137)

"

— Milan Kundera. La Fête de l’insignifiance. Gallimard, 2014.

May 11, 2014
"Then she began to laugh, and I had a glimpse of her mother in her, that jaggedness and hysteria. […] I knew she meant what had happened in the house, and I laughed too, not knowing what else to do. So we went back to the car laughing as if we were friends, but we were not."

— Alice Munro. “Thanks for the Ride” in Dance of Happy Shades, Vintage, p.52.

May 9, 2014
"Her laughter would come out first in little angry puffs and explosions through her shut lips, while her face grew redder than you would have thought possible and her body twitched and rumbled threateningly in its chair."

— Alice Munro. “Images” in Dance of the Happy Shades. Vintage, p.34.

May 4, 2014
"But after some urging he does sing it, looking at Nora with a droll, apologetic expression, and she laughs so much that in places he has to stop and wait for her to get over laughing so he can go on, because she makes him laugh too. […] Nora when she laughs squeezes her large bosom under her folded arms."

— Alice Munro. “Walker Brothers Cowboy” in Dance of the Happy Shades. Vintage, p.15-16.

12:37pm  |   URL: http://tmblr.co/ZgW_eu1EwL7gl
Filed under: laugh nora munro sing 
April 21, 2014
"Ah ! les mots, les mots, les éternelles paroles ! S’il y a quelqu’un là- haut, il doit bien rire de nous tous ; cela est très comique, vraiment. Ô bavardage humain ! ô grand tueur de corps morts ! grand défonceur de portes ouvertes ! ô hommes sans bras !"

— Musset, Lorenzaccio, IV,9 (via sdbeauvoir)

7:36am  |   URL: http://tmblr.co/ZgW_eu1DhANwM
  
Filed under: rire lorenzaccio musset 
April 17, 2014
"Le baron riait de toutes ces niaiseries au gros sel, mais il ne les comprenait pas toujours sur-le-champ, en sorte que son rire ressemblait à toutes ces fusées oubliées qui partent après un feu d’artifice."

— Balzac. Splendeurs et misères des courtisanes. Livre de Poche, 1988, p.207.

April 15, 2014
"Tous ces anges-là redeviennent femmes, tôt ou tard; or, la femme a toujours des moments où elle est à la fois singe et enfant! deux êtres qui nous tuent en voulant rire."

— Balzac. Splendeurs et misères des courtisanes. Livre de Poche, 1988, p.64.

March 16, 2014
"Souvent à la chapelle, durant les offices, elle restait les yeux fixés sur le crucifix, et chacun l’admirait, les larmes la gagnaient; mais elle pleurait de rage; au lieu des images sacrées qu’elle voulait voir, les nuits flamboyantes où elle conduisait l’orgie comme Habeneck conduit au Conservatoire une symphonie de Beethoven, ces nuits rieuses et lascives, coupées de mouvements nerveux, de rires inextinguibles, se dressaient échevelées, furieuses, brutales."

— Balzac. Splendeurs et misères des courtisanes. Livre de Poche, 1988, p.50-51.

February 13, 2014
"Alors il se frotte les mains et il a une sorte de gaieté semblable au rire à vide de Bas-de-Cuir."

— Balzac. Les Dangers de l’inconduite. Folio (2005), p.21.